Roberts Space Industries

Stars's Wolves / STARSWOLWE

  • Syndicate
  • Casual
  • Role play
  • Exclusive
  • Bounty Hunting
    Bounty Hunting
  • Piracy
    Piracy

Les étoiles l’observaient et il lui sembla qu’elles murmuraient :

« Meurs, Louve des étoiles. Ta course s’achève ici. »



History

« Des rumeurs circulaient sur les mondes de la frange galactique, concernant des Terriens qui couraient l’espace avec les Vanduuls et que ceux-ci considéraient comme des leurs.
Personne n’y avait cru jusque-là, personne d’ailleurs n’y croyait, car les Vanduuls, originaires d’une planète à forte gravité, ont une telle force et une telle rapidité de réflexes qu’aucun Terrien ne peut espérer rivaliser avec eux. »

Beaucoup d’entre nous ont grandi sur Varna, sur ce Monde des Loups que l’Univers entier haïssait. Or cette planète géante avait une pesanteur écrasante et la grande majorité des colons Terriens y avaient succombé, les autres étaient partis.
Ces quelques enfants nés sur Varna et qui y avaient survécu furent formés et entrainés pour les raids Vanduuls.
Varna pour eux, avait toujours été leur patrie.
Une planète géante, rude, inhospitalière, démesurée, qui ne donnait rien à ses enfants, excepté une vigueur et une rapidité de réflexe inégalables, conséquences d’une pesanteur cruellement accablante.
Elle leur avait fait ce don car ils avaient survécu.

Varna était un monde pauvre, ce qui expliquait peut-être pourquoi ses fils, lorsqu’ils avaient obtenu le moteur stellaire, s’étaient déchaînés, mettant au pillage la galaxie entière.
Pour les Vanduuls, travailler, cela consistait à piller et à lancer des raids lointains à travers la galaxie, ce qui avait fait d’eux des êtres à la fois fameux et exécrés.
Et nous avions été des leurs, nous avions marché fièrement à leurs côtés, avions pillé avec eux les planètes de la galaxie, avions vécu avec le danger pour compagnon.
Nous avions acquis parmi eux une telle réputation de courage et de férocité qu’ils nous surnommèrent affectueusement « Loups », …Leurs Loups.

Tout cela était terminé maintenant…Nous nous souvenions tous des jours heureux, des matins joyeux à jamais révolus avec l’envol des vaisseaux de Varna que toute la galaxie redoutait tant, leur soudaine émergence hors de l’hyper-espace et les raids sur les cités des mondes abasourdis qui ne savaient que lancer à tous les échos ce cri d’alarme :

« Les Loups des étoiles attaquent. »

Notre mot d’ordre : foncer, piller et abattre ceux qui s’avisaient de nous barrer la route, foncer encore, vite, plus vite, vers les vaisseaux et finalement rentrer sur Varna chargés de butin et couverts de blessures, heureux et fiers.
Car lorsqu’un Loup des étoiles se fait descendre, on déclare une journée nationale de réjouissance sur tous les mondes civilisés. 

C’était le bon temps…

Nous avons été banni et sans doute ne reverrons-nous jamais Varna.

À présent, nous nous trouvons, au cœur d’une cité morne, sur une planète ennuyeuse…

Mais il n’y a pas que les Vanduuls qui puissent être impitoyables.

Nous sommes les Loups des étoiles.

Manifesto

Nous sommes les Loups des étoiles….

Certains nous nomment Contrebandiers, Mercenaires, Flibustiers, Corsaires, et même Pirates.

Appelez-nous comme vous voulez.

Les Loups des étoiles sont une troupe de soldats de fortune qui vaquent de par le monde depuis sa création en se vendant au plus offrant, capable de s’installer parfois dans une contrée durant trente années ou bien pour une durée très limitée.
Ils ne recrutent que rarement, et à la condition que le postulant ait rompu avec son passé, ses drames personnels, etc…
Cette organisation est considérée par ses soldats comme un refuge, mais aussi comme une famille qu’on ne peut plus quitter après l’avoir intégrée.

Être un Loup des étoiles, pour l’UEE, c’est au mieux être un mercenaire.

« Article 47 – Mercenaires UEE

1. Un mercenaire n’a pas droit au statut de combattant ou de prisonnier de guerre.
2. Le terme « mercenaire » s’entend de toute personne :
a) qui est spécialement recrutée dans l’UEE ou hors UUE pour combattre dans un conflit armé ;
b) qui en fait prend une part directe aux hostilités ;
c) qui prend part aux hostilités essentiellement en vue d’obtenir un avantage personnel et à laquelle est effectivement promise, par une Partie au conflit ou en son nom, une rémunération matérielle nettement supérieure à celle qui est promise ou payée à des combattants ayant un rang et une fonction analogues dans les forces armées de cette Partie ;
d) qui n’est ni ressortissant d’une Partie au conflit, ni résident du territoire contrôlé par une Partie au conflit ;
e) qui n’est pas membre des forces armées d’une Partie au conflit ; et
f) qui n’a pas été envoyée par un État autre qu’une Partie au conflit en mission officielle en tant que membre des forces armées dudit État. »

Être un mercenaire, c’est être un combattant de métier étranger aux parties en conflit.

Mais nous ne sommes pas des mercenaires.

Nous sommes les Loups des étoiles.

Nous pouvons être spécialement recrutés par tous, moyennant finance et prendre une part directe aux hostilités. Du simple citoyen, à la plus grande corporation ou toute autre organisation légale ou non.
Mais nous vous demanderons alors des « avantages personnels » à participer à ces missions, qui devront prendre la forme d’une rémunération « nettement supérieure » à celle de nos homologues de l’UEE.

Nos services sont généralement sollicités soit pour une opération militaire identifiée et pour une durée limitée, soit pour un type de service spécialisé.

Un seul objectif, une seule mission, seul le contrat compte.

La vrai force du Loup n’est ni ses crocs, ni sa vitesse. La vraie force du Loup, c’est qu’il vit en meute.

Rien ne lui résiste, rien ne lui fais peur.

Charter

Ce conte est susceptible de heurter la sensibilité des citoyens de l’UEE, qui pourraient se reconnaître et ressentir une certaine culpabilité vis a vis des actes relatés dans son contenu.

« Il était une fois, loin, très loin d’ici, mais pas si loin que ça, une petite planète qui vivait en paix et qui ne souffrait d’aucun manque.
Cependant, une gentille famille dirigeant une organisation ne pouvait pas profiter de la chance et du bonheur d’habiter là-bas : leur fils, un jeune adolescent qui ressemblait à n’importe quel jeune adolescent, passait son temps à ennuyer ses parents.
Il n’arrêtait pas d’emprunter des vaisseaux, de voler sans autorisations, de transporter diverses marchandises sans déclarations, de se battre à tout moment, d’insulter les vieux capitaines aguerris, d’effrayer les étrangers de passage, d’être arrêté par les forces de l’ordre pour diverses raisons, et d’appeler ou de faire appeler ses parents fatigués par leurs dures journées de travail à toutes heures de la nuit seulement pour les embêter et les empêcher de dormir.

C’était un vilain petit garçon qui se moquait des punitions que ses parents lui donnaient.

Il se moquait bien d’être privé de sorties, de vaisseaux, puisqu’il sortait la nuit pour les emprunter en cachette.
Mais, un soir, alors que sa pauvre maman épuisée avait été obligée de l’envoyer se coucher sans manger parce qu’il avait joué avec sa nourriture, donné des coups de pieds sous la table à sa sœur et refusé de goûter le délicieux choux farcis aux épinards soigneusement préparé avec amour, comme d’habitude, malgré sa punition, il sortit discrètement en soudoyant les gardes et se dirigea vers l’astroport. Emprunta, comme d’habitude un luxueux vaisseau et décolla…une ombre gigantesque et monstrueuse apparut alors remplissant tout son champ de vision…
… et arraisonna son vaisseau !

C’était le croque mitaine !

Le jeune homme frénétiquement utilisa l’intercom, essayant toute les fréquences, implorant qu’on lui réponde, essaya la ligne privé réservé à son père, essaya tant qu’il put pour alerter ses parents mais ceux-là ne répondirent pas : trop de fois déjà ils s’étaient levés pour rien après l’avoir entendu appeler de la sorte.

Alors le croque mitaine commença par lui détruire ses propulseurs principaux, puis demanda gentiment un versement substantiel afin d’éviter une disparition définitive et enfin finit par le faire exploser sans que personne ne vienne l’aider…

On n’entendit plus rien du mauvais petit garçon…

Le croque mitaine l’avait fait disparaitre tout cru, lui et son vaisseau et, au lever du jour, il ne resta aucune trace ni de lui ni du petit garnement.

On raconte depuis que le croque mitaine se promène dans toutes les parties de l’univers à la recherche des enfants pas sages qui n’écouteraient pas leurs parents afin de pouvoir les dévorer à leur tour…